web3 human man artificial intelligence shutterstock 618291908 elnur ai

Shutterstock-Elnur

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a présenté ce vendredi 15 décembre ses recommandations sur les enjeux éthiques des algorithmes.

Musiques, films et séries en streaming, réseaux sociaux, sélection à l’université (APB), élections politiques, etc. : les algorithmes rythment aujourd’hui nos vies. La CNIL, chargée de veiller à ce que l’informatique ne porte atteinte aux droits de l’Homme,  à la vie privée, ou aux libertés individuelles ou publiques s’est penchée sur les enjeux éthiques de l’intelligence artificielle (IA) et les questions de société soulevés par l’évolution des technologies numériques.

« Nous devons collectivement faire en sorte que ces nouveaux outils soient à la main humaine, à son service, dans un rapport de transparence et de responsabilité », a expliqué vendredi Isabelle Falque-Pierrotin, sa présidente. Une exigence nécessaire quand on sait que 72% des Français estiment que les algorithmes représentent un enjeu de société, selon un sondage Ifop réalisé début 2017. Ils sont 57% d’ailleurs à déplorer que les algorithmes « limitent l’étendue des choix proposés » et 64% à considérer qu’ils« représentent plutôt une menace ». Néanmoins, la plupart admettent « ne pas savoir précisément de quoi il s’agit » (52%). Ces inquiétudes touchent également les milieux chrétiens, comme en témoigne le dernier livre du philosophe Fabrice Hadjadj, Dernières nouvelles de l’homme (et de la femme aussi), qui analyse les dangers pour la vie spirituelle que peuvent présenter les technologies.

Suite de l'article sur Aleteia