web3 young people having addiction to smartphones shutterstock 644335843

Aux États-Unis, une nouvelle étude sociologique sur l’utilisation des réseaux sociaux par les jeunes démontre qu’une certaine lassitude est en train de s’installer de la part des jeunes vis à vis de certaines plateformes.

Ce n’est pas une période facile pour Mark Zuckerberg. Non seulement le fondateur et PDG de Facebook s’est pris une volée de bois vert au Parlement européen pour le scandale Cambridge Analytica, l’ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt l’accusant d’avoir « créer un monstre numérique qui détruit nos démocraties », mais une nouvelle recherche du Pew Research Center, intitulée Teens, Social Media & Technology 2018, souligne également que la célèbre plateforme sociale est en train de perdre des parts de marché parmi les jeunes aux États-Unis.

Facebook n’est plus le préféré

L’enquête du Pew Research Center, réalisée entre le 7 mars et le 10 avril dernier se base sur des entretiens en ligne et téléphoniques avec 1 058 parents d’adolescents de 13 à 17 ans et 743 adolescents. Celle-ci révèle en effet que seulement la moitié des jeunes de cette tranche d’âge utilise Facebook (51%). Une baisse significative par rapport à la recherche précédente (Teens, Social Media & Technology Overview 2015), où 71% des jeunes déclaraient encore l’utiliser.

 

Ce pourcentage signifie également que Facebook se voit passer devant trois autres réseaux sociaux, Youtube, Instagram [1] et Snapchat, utilisés respectivement par 85%, 72% et 69% des adolescents. En bout de liste, Twitter (32%), Tumblr (9%) et Reddit (7%). S’agissant de la plateforme la plus utilisée, plus d’un tiers des jeunes a répondu Snapchat (35%), environ un tiers Youtube (32%) et 15% Instagram. Et Facebook ? 10% seulement.

Autre élément frappant dans cette nouvelle enquête du Pew, la plateforme Facebook est la plus utilisée par les jeunes vivant dans des familles moins aisées. Alors que 70% des jeunes vivant dans des familles avec un revenu inférieur à 30 000 dollars par an, disent utiliser Facebook, ce pourcentage tombe à 56% chez les jeunes dont le revenu de la famille se situe entre 30.000 dollars et 74.999 dollars par an, et à 36% chez les adolescents dont le revenu annuel de la famille dépasse les 75.000 dollars.

Un impact positif ?

On constate aussi des différences entre filles et garçons et au niveau de l’appartenance ethnique des jeunes utilisateurs de réseaux sociaux. Alors que les filles admettent plus facilement que Snapchat est le réseau qu’elles utilisent le plus (42% contre 29%), les garçons tendent à identifier YouTube comme leur plateforme préférée (39% contre 25% des filles). Par ailleurs, pour reprendre la terminologie de l’étude, les « adolescents blancs » ont plus tendance que les adolescents hispaniques ou afro-américains à déclarer que Snapchat est la plateforme qu’ils utilisent le plus souvent (41% contre 29% et 23% respectivement). Les jeunes d’origine afro-américaine, plus que les jeunes blancs, tendent à dire que Facebook est leur réseau social le plus utilisé (26% contre 7%).

Suite de l'article sur Aleteia