web3 asia bibi pakistan protest arif ali afp.jpgw1200

ARIF ALI I AFP
Des extrémistes pakistanais protestent à Islamabad le mercredi 31 octobre, quelques heures après l'annonce de l'acquittement d'Asia Bibi.

Beaucoup de Pakistanais n'ont pas pu se rendre sur leurs lieux de travail ce mercredi 31 octobre, en raison des manifestations opposées à la relaxe prononcée le jour-même par la Cour suprême du Pakistan.

Asia Bibi a passé huit ans en prison pour avoir « blasphémé le prophète », elle a été relaxée mercredi 31 octobre, par un jugement en appel de la Cour suprême du Pakistan. « Attendez-vous à des conséquences terribles si vous graciez Asia Bibi » avait déclaré Moulana Khadim Hussain, l’un des imams vedette du Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP). Ce groupe d’extrémistes musulmans soufis a fait de la loi anti-blasphème, en vigueur au Pakistan, une cause sacrée. Il a été fondé en soutien du garde du corps qui avait assassiné Salman Taseer, le gouverneur de la province du Punjab, pour avoir soutenu Asia Bibi. À la suite de la décision de mercredi matin, l’imam Moulana Khadim Hussain a publié des tweets dans lesquels il appelait explicitement à assassiner l’icône des abus de la loi anti-blasphème, avant de les retirer.

Suite de l'article sur Aleteia